English  |  Français 

Biais d’apprentissage chez l’homme : fondements neuro-computationnels et liens avec la variabilité physiologique et pathologique

Alors que l’étude des biais de décision a une histoire longue et respectée en économie et psychologie, les biais d’apprentissage ont été beaucoup moins systématiquement documentés ni formalisés. Cette lacune constitue un problème fondamental, étant donné que la plupart des décisions que nous prenons dans la vie courante sont fondées sur l’expérience : les contextes décisionnels sont éminemment récurrents, assujettissant les décisions à l’influence des processus d’apprentissage. Le manque d’études expérimentales des biais d’apprentissage est aussi surprenant, si l’on considère la grande importance que ces processus peuvent théoriquement jouer dans la pathogenèse psychiatrique et dans la fixation des comportements et préférences économiques individuels. Ici nous proposons d’étudier les biais d’apprentissage à différents niveaux -comportemental, computationnel et cérébral-, et de lier ces biais à la variabilité interindividuelle. Les résultats attendus de ce projet sont de différentes natures. Premièrement, des études computationnelles et comportementales permettront de proposer modèles capables d’expliquer les biais et les idiosyncrasies, observés chez les sujets sains.  Deuxièmement, nous identifierons les déterminants neurobiologiques de ces biais et de leur variabilité interindividuelle. La neuro-imagerie nous aidera à comprendre comment diverses contraintes neurales font émerger les biais, ainsi qu’à formuler des hypothèses  sur leur relation avec le développent cérébral et la pathologie. 

INSERM ENS